Portrait – Atelier

Ferraglio Gianbattista - Céramiste - Portrait

Mon parcours en tant que céramiste

J’ai rencontré la céramique dans les années 90 grâce à Armel Hédé, qui venait exposer chaque samedi au marché de Dinard (35). Il m’a fait découvrir la beauté des formes de ses créations et la finesse de son tournage.

Et puis en tout début des années 2000 j’ai eu la chance d’intégrer l’atelier de Yoshimi Futamura en Région Parisienne, et là, j’ai découvert ces formes puissantes, une autre culture et surtout la matière et son travail.

Après plusieurs années à cet atelier, j’ai décidé de m’installer dans le Morbihan à Rochefort en Terre – séduit par la beauté de la nature environnante – avec l’envie d’y avoir mon propre atelier, continuer mes recherches et en citant Cazeneuve ‘pour y faire de belles choses’.

Dans ce dialogue avec la terre et la nature, la technique du Raku offre une immédiateté et une apparente ‘facilité’ et, tout en ouvrant le champ des possibles, elle s’avère de plus en plus exigeante.

Ateliers d'art de france

Ayant intégré l’association Argile en 2012  et étant adhérent des Ateliers d’Art de France depuis 2014, je participe à divers marchés des potiers  et j’organise régulièrement dans mon propre atelier des cuissons ouvertes à d’autres passionnés pour partager et transmettre mes connaissances.

Découvrez la vidéo d’Annie Lesclavec  que vous pouvez retrouver sur son site Matières Sauvages.

 

Technique

J’ai pratiqué longtemps la cuisson ‘Raku’ dans un four ‘bidon’, puis j’ai  construit un four plus important dans une ancienne cheminée extérieure. Ceci  me permet une cuisson plus aisée, notamment pour de grandes pièces, avec la possibilité de l’alimenter au gaz ou au bois.

Par ailleurs Yoshimi Futamura m’a légué un four à gaz, à chaleur inversée, pour ‘me pousser’ à reprendre le travail avec le grès et la porcelaine… mais le parcours du Raku est tellement passionnant qu’il me captive pour l’instant totalement.

Je n’utilise pas de couleurs ‘toutes faites’ mais j’ai recours au cuivre, au cobalt et au fer parce que cette recherche m’intéresse et ouvre de multiples possibilités et variations.

Les formes sont pour partie ‘classiques’ (bols, vases, coupes…) et pour partie plus ‘libres’, inspirées de la nature qui m’entoure (écorces d’arbres, ardoises…).

Toutes mes pièces sont uniques.

Stage